Formation en Direction Littéraire : carnet de bord # 4

Un des derniers cours de la formation a été animé par Claire Barré, scénariste, romancière et consultante venue nous expliquer l’importance du pitch oral, outil de communication puissant qui sert de « bande annonce » au projet et met en valeur les éléments essentiels du récit. Car, vous aurez beau avoir la meilleure idée du monde, vous n’en ferez rien si vous ne savez pas la présenter ni la mettre en valeur…

Nos amis outre-Atlantique, qui ont le sens de la formule, aiment appeler le pitch oral « l’elevator pitch » car, grâce à lui, vous êtes capables de susciter l’intérêt (l’émerveillement !) de votre interlocuteur concernant un script de film que vous avez écrit ou un concept de série que vous avez en tête, et ce en l’espace de 5 minutes chrono ! Alors si la personne que vous avez ciblée travaille dans un immeuble d’une centaine d’étages (c’est long 5 minutes…) et qu’elle est d’humeur badine dès 9h00 juste avant de démarrer sa journée, réjouissez-vous, c’est dans la poche ! Dans toute autre situation, rassurez-vous, cette méthode efficace fonctionne aussi dans un bureau lambda, lors d’un rendez-vous plus classique, face à décideur que vous aurez réussi finalement à approcher après une petite dizaine de demandes de rendez-vous restées sans réponses, ou face à un large public intimidant venu n’écouter que vous à l’occasion d’un concours de scénario prisé.

Il vous suffira en effet de suivre les quelques règles ci-dessous pour obtenir un pitch oral abouti:

– Tout d’abord, présentez-vous en une phrase (êtes-vous auteur, producteur… ?). Vous pouvez développer si votre expérience personnelle impacte directement le projet.

– Annoncez le titre du projet, qui est souvent évocateur pour l’audience, ainsi que le genre et le format. Vous retiendrez ainsi l’attention de l’auditoire et le placerez dans l’humeur du projet.

– Place ensuite au pitch dramatique. Pour rappel, drama = action. Le pitch dramatique plante une situation et lancer la dynamique de l’histoire qu’on veut raconter (et donc vendre). Quelques éléments clés sont à respecter :
– Plonger dans le décor via des images (n’oubliez pas, on parle de média audio-visuel).
– Insistez sur l’incident déclencheur.
– Mettez en valeur les nœuds dramatiques principaux de l’acte 2, dont le moment juste avant le climax.
– Vous pouvez terminer sur un suspens, ou sur le pitch thématique présenté en questions, par exemple. Le pitch thématique raconte le parcours intime du personnage pendant le film. Il donne le sens du film et, contrairement au pitch dramatique, également la fin.
Cas particulier de la série : il faut pitcher le personnage et le concept, en indiquant de quelle manière on va pouvoir écrire « x » épisodes.

– Développez ensuite la note d’intention : pourquoi vous avez écrit ce film (sujet, thèmes défendus…) et pourquoi il mérite d’exister.

– En conclusion de votre pitch oral, deux possibilités : face à un public, vous pouvez laisser un temps pour les éventuelles questions. En rendez-vous privé, expliquez pourquoi vous êtes venu voir votre interlocuteur en particulier.

Voilà pour le fond. Pour la forme, quelques conseils de base vous permettront également de captiver votre audience :
– N’oubliez pas, vous avez 5 minutes maximum ! (au-delà, l’attention de la personne en face de vous s’amoindrit)
– Adressez-vous aux gens, parlez distinctement (et fort si nécessaire).
– Appropriez-vous le texte de votre pitch oral en répétant à voix haute, chronomètre en main. Attention toutefois à ne pas réciter par cœur, vous perdrez en humanité. Une fiche avec les 5 phrases principales suffit comme reminder.
– Coupez les liens affectifs avec le projet, du moins le temps de la présentation.
– Et, surtout, n’ayez pas peur de votre propre légitimité. Vous avez de bonnes idées et le monde entier a hâte de les écouter !

Voilà pour ce dernier carnet de bord qui clôt cette formation au CEEA sur la « Direction Littéraire ».

J’en profite pour remercier l’équipe administrative et tous les intervenants. Trop de sujets et de domaines passionnants ont été abordés en 8 semaines pour que je puisse tous les relayer, mais je suis certain que les autres professionnels venus à notre rencontre ne m’en voudront pas.

Enfin, pensée toute particulière aux participants à cette formation, tous bienveillants et talentueux. Les liens nouvellement créés vont certainement se pérenniser à l’avenir car, comme pour toute formation, c’est quand ça se termine que tout commence…

A très bientôt!

Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *