Formation en Direction Littéraire : carnet de bord # 2

Suite de ma formation au CEEA (Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle), à Paris, où nous avons eu la chance de rencontrer Jean-Marie Roth, théoricien du scénario, auteur de l’ouvrage de référence « l’écriture de scénarios », et dont le premier roman « l’enfer en 11 lettres » a été édité en 2017. Il a bien voulu nous enseigner une partie de son savoir avec bienveillance et pédagogie.

Doté d’une « boîte à outils » inépuisable, Jean-Marie Roth propose une méthode devant permettre à l’auteur « d’écrire un long-métrage sans l’angoisse de la page blanche ». Un objectif qui témoigne de l’humilité du Monsieur, car sa méthode va bien au-delà!

Jean-Marie Roth s’appuie principalement sur deux questionnaires de sa confection qui lui permettent, en effet, de bien cibler les points forts et les faiblesses d’un script en cours d’écriture et, le cas échéant, ramener le projet sur la voie de l’accomplissement. Deux questionnaires sur l’ « Histoire » et les « Personnages », tous deux dotés d’une quarantaine de questions en entonnoir, qui assurent à l’auteur de respecter ses ambitions de départ.

Alors, non, je ne me permettrai pas d’en dévoiler le contenu (pour cela, participez à une de ses formations, achetez son livre ou voyez ça directement avec lui ;-)), mais je ne peux résister à l’envie de vous présenter rapidement le principe, à priori simple, de « l’idée du film », afin d’illustrer la pertinence de ses propos.

En effet, selon Jean-Marie Roth, l’idée du film est « souvent la première qu’on cherche et la dernière qu’on trouve ». Trouver une idée forte, correspondant réellement aux thèmes que l’auteur souhaite aborder dans son film, peut effectivement s’avérer être une tâche ardue. Alors comment ne pas se tromper ? Prenons un exemple:

Un auteur se creuse la tête et trouve le pitch de départ suivant:

Un ministre, tombé amoureux d’une jeune opposante, met sa carrière en péril.

A partir de ce pitch, l’auteur doit dès lors se concentrer sur les thèmes principaux et secondaires que ce sujet évoque. En prenant le temps de la réflexion, les thèmes principaux qui peuvent lui venir en tête sont les suivants : politique, amour, différence d’âge, opposition d’idées, carrière, danger…
Et les thèmes secondaires : adultère, corruption, meurtre, légalité, grossesse non désirée, pouvoir des médias, secret, chantage, trahison…

Comme vous le voyez, à partir de ce pitch, les idées viennent rapidement. Ainsi, si un auteur est capable de trouver au moins 15 thèmes secondaires, il tient là une idée solide qui vaut la peine d’être développée. Et si, à la réflexion, le thème du « pouvoir des médias » est plus important à ses yeux que la « différence d’âge dans l’amour », il peut les intervertir et reformuler directement son pitch:

Un ministre, tombé amoureux d’une opposante, voit sa carrière mise en péril par le pouvoir des médias.

Un exemple à l’image de la méthode de Jean-Marie Roth: pertinente, efficace et ludique.

Je ne peux donc que vous conseillez de l’approfondir par vos propres moyens, et de dévorer la liste des films qu’il recommande:

Seven, de David Fincher
Amélie Poulain, de JP Jeunet
Psychose, d’A. Hitchcock
Un jour sans fin, d’Harold Ramis
Clair de femme, de Costa- Gavras
Un homme d’exception, de Ron Howard
Mulholland drive, de David Lynch
Les bienfaits de la colère, de Mike Binder

A très vite pour le prochain carnet de bord!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *